Irina brook, le théâtre partout et pour tous

Irina brook, le théâtre partout et pour tous

Share Button

Son nom et son talent seraient suffisants pour présenter Irina Brook : metteur en scène reconnue, fille des célèbres Peter Brook et Natasha Parry et sœur du réalisateur Simon Brook, directrice dynamique  du Théâtre National de Nice. Mais il y a quelque chose qui dépasse sa notoriété, qui la rend encore plus remarquable, c’est son envie infatigable de partager sa passion pour le théâtre. De la transmettre. De l’encourager. De la rendre moins élitiste et plus populaire par une véritable action de démocratisation de la culture.

Irina Brook, directrice du TNN
Irina Brook, directrice du TNN

Elle emmène le théâtre partout : écoles, prisons, usines, clubs de football, quartiers défavorisés, marchés. Elle attire des publics de plusieurs horizons dans le monde de la mise en scène. Elle offre la chance à toutes et à tous, inconditionnellement, de rêver avec les grands auteurs. Elle popularise l’art, en lui donnant son vrai sens. Ses nombreuses idées, ses initiatives diversifiées, sa franche exigence et sa détermination dans la conquête de résultats d’excellence, sont sa signature. Irina Brook est ce genre de personne qui croit, fait croire et concrétise les rêves.

A la direction du Théâtre National de Nice, depuis 4 ans, elle a les moyens et elle les utilise de manière pragmatique pour faire de la culture un bien commun et sans frontières. Parmi ses différentes actions, sa relation étroite avec les écoles à Nice, prouve la conscience de son rôle et sa sensibilité. « Donner des opportunités aux nouvelles générations c’est créer des étincelles qui éveillent, qui ouvrent à d’autres perspectives », croit-elle, elle qui organise personnellement des stages pour les enseignants de plusieurs établissements de la région, pour faire de cet art un appui de l’apprentissage et peut être un tremplin de passions. « Le théâtre c’est une nourriture pour la vie », ajoute Irina.

ENFANTS EN SCÈNE

Le projet Shakespeare Freestyle, initié par la metteur en scène, dans le cadre du Festival Shake Nice (unique en France), en est un exemple clair. La parole, la créativité, l’espace physique et imaginatif ont été donnés à des adolescents de 12 à 18 ans des écoles des Alpes-Maritimes en février de cette année. Ils étaient près de 320 élèves, de la 6ème à la Terminale, selon les 14 établissements qui participaient. Certaines des classes avaient des profils particuliers avec notamment des élèves ULIS, des élèves malvoyants et malentendants. Tous sur une scène unique, extraordinaires dans leurs performances, brillants dans leurs présentations en français et en anglais de Roméo et Juliette et Le Songe d’une Nuit d’Eté. Pendant quelques jours, le Théâtre National de Nice est devenu une explosion de nouveaux jeunes talents. Émotions débordantes, rage de vivre, égalité d’opportunités : le résultat a été surprenant. L’art donnait l’inspiration. « Je souhaitais entraîner nos établissements scolaires dans une aventure théâtrale trépidante. Leur seule contrainte devait être : ne pas en avoir ! », raconte-elle enthousiaste.

Réussite coté jeunes acteurs, mais aussi coté public. Irina qui propage un théâtre disponible, démocratique, a obtenu sa récompense pendant la présentation de Shakespeare freestyle. Il y avait des parents qui venaient pour la première fois dans une salle de présentation, qui riaient et s’émouvaient avec les paroles du grand dramaturge. « Le théâtre prend tout son sens, dans ces instants » se rappelle-t-elle. « Adultes, enfants, des gens de tous horizons, âges et appartenances sociales. Tous dans une même narration. Un vrai rassemblement. Un Théâtre ouvert à tous et pour tous », dit-elle ravie du résultat obtenu. L’événement aura une nouvelle édition en avril 2019.

TNN, LE THÉÂTRE OUVERT ET D’OUVERTURE

« J’ai une nature évangélique du théâtre. Si j’aime quelque chose, j’aime convertir »
« J’ai une nature évangélique du théâtre. Si j’aime quelque chose, j’aime convertir »

Les portes du théâtre d’Irina Brook sont ouvertes en continu, en effet. Car elles les ouvrent. Première femme directrice du TNN, elle stimule le public avec une riche programmation et de nombreux projets. Elle crée des prix abordables, comme les tarifs à 5 euros pour 50 places au 4ème balcon. Elle propose des visites gratuites dans les coulisses du théâtre. Elle se rapproche du monde des entrepreneurs à Nice pour permettre aux chefs d’entreprise d’inviter leurs clients et collaborateurs à voir des spectacles, dans un projet de soutien et partenariat. Elle se dit même capable d’aller dans la rue pour inviter les gens à rentrer voir les pièces, si nécessaire. « Comme ceux qui invitent les personnes à rentrer dans les restaurants sur le cours Saleya » donne-t-elle en exemple. « J’ai une nature évangélique du théâtre. Si j’aime quelque chose, j’aime convertir » conclut-elle convaincue et convaincante. Consciente des miracles que la culture peut faire dans une société.

LES ÉCLAIREURS

Faire du TNN un lieu multiculturel, multidisciplinaire et populaire, exige des idées, de l’organisation et du support. Depuis 2015, Irina Brook compte avec l’aide de quatre acteurs niçois : Issam Kadichi, Irène Reva, Kevin Ferdjani, Marjory Gesbert, les bien nommés, Les Éclaireurs. Il s’agit d’une troupe créée pour faire rayonner l’âme du théâtre hors des murs, auprès de la jeunesse et d’un public nouveau. « Ils sont mes ambassadeurs. Ma compagnie attachée au théâtre », dit-elle fièrement. « Ils jouent sur scène, mais aussi sur les places ou dans les parcs. Ils partent à la rencontre des scolaires, animent les marchés ou enchantent le personnel des usines ». Une façon de populariser l’art. De faire connaître le théâtre. D’apprendre à l’aimer.  « Ce qu’on ne connaît pas, ça effraie. Donc, j’amène le théâtre où je peux, j’essaie d’ouvrir les portes, d’inviter, de partager ».

PROJETS FUTURS

La nouvelle saison, qui sera annoncée dans les prochains jours, promet « de la Danse, des spectacles et du Cirque». Coté projets, parmi d’autres, la nouvelle édition du « Festival Shake Nice », évidement, mais aussi la suite de « Shakespeare pour tous ! ». Une initiative pour transmettre et populariser la parole du dramaturge britannique par des voix insolites comme des sportifs ou des hommes politiques. Il s’agit de la suite du court métrage réalisé avec les joueurs de l’OGC Nice. « Une expérience inoubliable. Leurs visages s’illuminaient quand ils récitaient Shakespeare. C’est la puissance et la magie de ses paroles. C’est la force du Théâtre », affirme-t-elle, elle qui joue un rôle de protagoniste dans le changement, l’innovation et la démocratisation de la culture à Nice, ville où elle est plus connue pour ce qu’elle fait que pour ce qu’elle est.  To « do », or not to do . Elle essaye, en tout cas. Et le public applaudit. 

*photos TNN

Share Button

2 Replies to “Irina brook, le théâtre partout et pour tous”

  1. Limelight… Luci della ribalta per un’esibizione degna di Charlie Chaplin! Complimenti e applausi per Irina che come Calvero crede nel teatro e nelle sue infinite possibilità di far bene alla gente, di cambiare i destini delle persone… o anche solo di ridare fiducia e accendere lumi di speranza… Viva il teatro e viva chi lo nutre…  Viva la cultura e chi la sostiene!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *