Anne-Cécile Ratsimbason, la styliste du bien-être

Anne-Cécile Ratsimbason, la styliste du bien-être

Share Button

Julie, 30 ans, a pu récupérer son assurance et sa féminité après une mastectomie grâce à un soutien-gorge adapté à sa prothèse adhésive. Agathe, 3 ans, a pu courir comme toutes les petites filles de son âge avec un débardeur qui tient parfaitement ses poches de stomie et son appareil d’alimentation parentérale. Mais ce qui pourrait être simplement des accessoires médicaux ont quelque chose en plus qui s’ajoute à leurs rôles purement fonctionnels : le goût. Le soutien-gorge en question est en dentelle noir. Le débardeur a des petits nœuds et des motifs colorés. Car oui, on peut être malade et se sentir beau, à l’aise et même à la mode. C’est sur cet esprit que se base le remarquable travail d’une styliste à Nice, Anne-Cécile Ratsimbason.

Anne-Cécile RATSIMBASON, styliste du bien-être
Anne-Cécile RATSIMBASON, styliste du bien-être

Les choix vestimentaires quand on a une maladie chronique, un handicap ou un problème de santé physique sont normalement très réduits. Mais il y a des professionnels qui œuvrent pour changer cette situation. Anne-Cécile Ratsimbason, en est un exemple. Elle met ses crayons, sa créativité et surtout son inépuisable sensibilité en action pour démocratiser l’accès à la mode à toutes conditions et toutes personnes. Grâce à son stylisme dit médical elle donne aux gens une certaine facilité de mouvements mais elle leur offre surtout la chance de récupérer ce qui parfois reste oublié dans l’infirmité : l’auto-estime.

Après une mastectomie, plusieurs femmes optent pour une prothèse adhésive, avant (ou pas) une reconstruction mammaire. C’était le cas de Julie, une coiffeuse de 30 ans. Sa rencontre avec Anne-Cécile fut une révélation. Car Julie aimait les décolletés, mais les choix de lingerie dans sa condition spécifique l’empêchaient de pouvoir les porter comme elle le souhaitait. Les soutiens-gorge qu’elle trouvait dans le secteur médical étaient fonctionnels mais pas jolis. Et ceux, traditionnels, n’étaient pas adaptés à sa prothèse qui risquait de se déplacer à chaque instant. « Je lui ai conçu donc un soutif qui tenait bien sa prothèse, qui n’avait pas d’armature pour éviter de toucher la cicatrice, avec une fermeture devant pour faciliter sa mise en corps et surtout avec de la très belle dentelle noir », raconte fièrement Anne-Cécile. « Je me suis rendu compte de comment ses sous-vêtements lui avaient redonné confiance en elle. J’ai pleuré en lisant sa lettre de remerciements ».

SE SENTIR A NOUVEAU SEXY

Soutien-gorge dentelle noire par Anne-Cécile RATSIMBASON
Soutien-gorge dentelle noire par Anne-Cécile RATSIMBASON

Grâce au travail de la styliste, Julie a pu se sentir à nouveau sexy et elle a récupéré son envie naturelle de séduire. L’assurance tient parfois à un fil, ou dans ce cas précis, à une dentelle. Dans cette collection, il y a aussi des brassières et nuisettes faites sur mesure pour les femmes dans la même situation. Anne-Cécile est une des rares professionnelles en France dans le stylisme médical. Mais elle est unique pour la diversification et la personnalisation des modèles qu’elle réalise dans un véritable stylisme du bien-être.

La jeune femme, qui a créé son entreprise en janvier 2015 à la sortie de ses études de l’école ESMOD de Berlin, dévoile sa méthode de conception : « j’aime avant tout, écouter mes clients. Comprendre qui ils sont. Leurs besoins. Leurs goûts. Leurs attentes. Je leur fais une espèce de portrait stylistique » confie-t-elle, elle qui croit à l’importance du changement de vision, de statut, vis à vis des personnes malades. « Pour moi, ce sont des individus avec des besoins spécifiques, pas des patients ».

Dans ses collections justement, elle parle de condition physique pas nécessairement de pathologie, même si tout est évidement lié au problème de santé de chacun. « Ce sont des habits ou des accessoires pour personnes qui portent un appareil médical (sonde, perfusion, poches, par exemple). D’autres produits sont adaptés aux personnes assises dans un fauteuil roulant ou qui utilisent des béquilles. Il y a aussi des créations pour les porteurs de maladies chroniques qui imposent certains ajustements », précise-t-elle. « Tout ce que je fais, considère le confort et la fonctionnalité que chaque cas nécessite. Mais je ne néglige jamais l’esthétisme ». Coloris, tissus, formes, design, voilà ce qui fait la différence dans son travail dans un secteur parfois excessivement aseptisé.

AGATHE PEUT COURIR MAINTENANT

Une différence qui proportionne des résultats extraordinaires. Comme démontre l’histoire de la petite Agathe qui peut avoir une vie presque normale depuis qu’elle a ses débardeurs dessinés et confectionnés spécialement pour s’adapter aux appareils qu’elle doit porter à cause de sa maladie. Cette blondinette de 3 ans aux cheveux bouclés, qui est née avec la rare maladie de Hirschsprung, peut maintenant courir sans peur d’arracher sa poche de stomie. Elle peut aller à la crèche. Elle peut même mettre une robe, car son vêtement tient aussi le cathéter qu’elle doit porter pour son alimentation parentérale. « J’ai pensé au tissu élastique nécessaire pour les poches quand elles se remplissent, à la transpiration, à la sécurité et à la délicatesse que doivent avoir les habits d’enfants » explique Anne-Cécile, heureuse du retour qui proportionne son travail « Le vêtement se transforme parfois en confort psychologique ». Elle donne aussi comme exemple Enzo. Un petit garçon de 4 ans qui, comme Agathe doit s’alimenter de manière spécifique. « Normalement cela se fait le soir. Enzo a des pyjamas colorés pour chaque jour. Il peut lire en toute sécurité pendant qu’il est nourri par le cathéter. Car son pyjama est adapté à l’appareil. Il demande chaque jour un coloris différent. Ce qui est fonctionnel devient ludique ». Tous les prototypes, vêtements ou accessoires, conçus par la styliste sont validés par des médecins.

SON HISTOIRE

Vêtements adaptés pour jeune fille diabétique
Vêtements adaptés pour jeune fille diabétique

Anne-Cécile a commencé à l’hôpital Lenval, à Nice, ainsi qu’à l’hôpital de Monaco, où elle travaille encore aujourd’hui directement dans l’unité de Diabétologie Pédiatrique. En effet, parmi ses collections, elle réalise aussi des bandeaux pour les pompes à insuline. Colorés bien sûr. Et adaptés aux goûts personnels, évidemment. « Il y a un garçon qui m’a demandé un bandeau avec les coloris de son équipe de basket », partage-t-elle comme anecdote. Difficile d’ailleurs de dissocier ses pièces des histoires individuelles. Cela fait partie du regard attentif d’Anne-Cécile. Elle continue, enthousiaste : « Il y avait aussi une fille, collégienne, qui m’avait dit un jour que grâce à moi, au bandeau coloré que je lui avais fait, elle n’avait plus honte de montrer sa ceinture pour pompe à insuline ». Une sensation que la styliste peut comprendre mieux que personne, car elle a dû porter un corset orthopédique de 19 à 29 ans. C’est cette condition qui lui a inspiré son métier. Elle savait combien il était important d’avoir des habits pensés pour sa maladie.

Son déclic né aussi d’une rencontre. Celle avec son médecin, Jean-Jacques Pomatto, spécialiste du dos à l’époque où elle portait le corset pour sa scoliose. « Sa vision holistique. Sa façon de considérer les personnes, entièrement, pas uniquement par leur problème, m’a beaucoup influencée », se souvient-t-elle. Concevoir des vêtements pour les pré-adolescentes, réfractaires à cette espèce de coque rigide pour le dos, a été son premier défi. « Basé sur mes besoins et écoutant d’autres personnes avec le même problème, j’ai compris qu’être mieux habillée, facilitait le port du corset » affirme la jeune femme qui a compris à ce moment-là sa voie professionnelle. « Créer un lien entre la mode et le milieu médical m’a semblé une évidence ». Une première collection était faite. Elle a donc dessiné, découpé, façonné des vêtements pour cacher la coque. Pour faciliter son usage. Et surtout pour permettre de mieux vivre avec la maladie.

MODE POUR TOUS

Même si plusieurs pièces sont réalisées sur mesure, le travail d’Anne-Cécile peut être produit en série. Ses modèles sont diffusés via les entreprises de matériel médical, les associations de malades et le corps médical. Elle travaille avec 15 hôpitaux en France, mais aussi en Allemagne. Actuellement, elle cherche de nouveaux distributeurs (médicaux ou pas) pour « pouvoir rendre accessible la mode, à tous, inconditionnellement ».

Ayant remporté déjà deux prix (Prix Talents des Cités 2015 et Prix Fondation Cognacq-Jay en 2016), la jeune styliste de 33 ans rêve d’étendre son offre, de la démocratiser, de la normaliser. « J’espère que bientôt une personne avec le lymphoedème, par exemple, pourra avoir la possibilité de trouver un produit pensé pour sa différence dans un magasin d’une grande marque de distribution », suggère-t-elle, ouverte aux propositions et négociations. Ses adresses email sont acratsimbason@gmail.com ou stylismemedical@gmail.com. Elle est également joignable par Facebook : /Stylismemedical ou par téléphone au +33 (0)7 68 06 63 76.

La réalité des personnes atteintes de lymphœdème, elle connait. Car elle collabore avec l’hôpital Cognacq-Jay à Paris en présentant ses solutions vestimentaires. Dans cet établissement de la santé parisienne arrivent environ 45 personnes par mois avec cette maladie. « J’ai conçu une collection pour redonner de l’allure, avec des tissus fluides, souples, gais. Pour les pantalons, je considère le tour des cuisses et adapte des ceintures élastiques pour la taille », dévoile-t-elle, elle qui souhaite voir un jour une publicité avec des couleurs et de la provocation dans le style d’Oliviero Toscani de Benetton pour enlever certains tabous liés aux maladies. « J’imagine une modèle dans une annonce d’une grande marque qui dirait ‘Oui, j’ai un lymphœdème et alors ?!’ ». Transformer les différences en normalité pourrait inspirer le monde de la mode aux futures collections. Le défi est lancé. Anne-Cécile est prête à porter ses idées et son savoir-faire.

Share Button

3 Replies to “Anne-Cécile Ratsimbason, la styliste du bien-être”

    1. Merci beaucoup Ilda!!
      
Effectivement, Anne-Cécile est une personne extraordinaire. Ce qu’elle fait est vraiment remarquable. Elle mérite d’être connue et reconnue pour son travail. Pour ses idées. Pour son savoir-faire. Pour sa sensibilité.

  1. Quel beau parcours ! On imagine bien les perspectives pour développer encore ce formidable travail ! Bravo Sandra de nous l’avoir présentée !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *